Dernières mises à jour

L’appui à la loi anti-briseurs de grève marque un progrès important pour les droits des travailleuses et des travailleurs

28 février 2024
A group of Métallos at a picket, raising a flag with the slogan "Force, solidarité, respesct" [Eng.: Force, Solidarity, Respect]

OTTAWA – Le vote d’hier à la Chambre des communes visant à faire avancer le projet de loi C-58 (interdisant les briseurs de grève) au comité est un pas en avant important pour les droits des travailleurs au Canada. Le Syndicat des Métallos espère maintenant que le projet de loi franchira rapidement l’étape du comité.

« Le vote sur le projet de loi anti-briseurs de grève est une victoire importante pour les travailleurs sous réglementation fédérale », a déclaré Marty Warren, directeur national des Métallos pour le Canada. « Le soutien de tous les partis est une reconnaissance de l’importance de cette législation, mais il reste encore du travail à faire pour rendre cette loi plus efficace, en veillant à ce qu’elle ne définisse pas trop de travailleurs comme essentiels que nécessaire et à ce qu’elle entre en vigueur immédiatement à son adoption. »

Le projet de loi C-58 prévoit des protections essentielles pour les travailleuses et les travailleurs pendant les grèves et les lock-out en interdisant le recours à des travailleurs de remplacement. Il est prouvé que cette mesure réduit la durée des conflits de travail, fait respecter leurs droits garantis par la Charte canadienne des droits et libertés et rétablit l’équilibre de la négociation collective.

« Nous nous réjouissons de cette avancée et nous nous attendons à un travail productif à l’étape du comité », ajoute M. Warren. « Cependant, tous les parlementaires doivent démontrer leur engagement envers les droits des travailleuses et travailleurs, au-delà de simples votes. Bien que nous soyons surpris par le soutien soudain des conservateurs à cette législation ouvrière, nous leur demandons instamment de s’abstenir de faire de l’obstruction, comme ils l’ont fait par le passé avec le projet de Loi sur les emplois durables et de donner la priorité aux intérêts des travailleuses et des travailleurs plutôt qu’à ceux des grandes entreprises.

Le Syndicat des Métallos réitère son engagement à défendre les droits et la dignité des travailleuses et des travailleurs partout au Canada. Le vote d’aujourd’hui représente une étape cruciale vers l’établissement de conditions justes et équitables.

À propos du Syndicat des Métallos

Le Syndicat des Métallos représente 225 000 membres dans presque tous les secteurs économiques du Canada et constituent le plus grand syndicat du secteur privé en Amérique du Nord, avec 850 000 membres au Canada, aux États-Unis et dans les Caraïbes.

Chaque année, des milliers de travailleurs choisissent d’adhérer au Syndicat des Métallos en raison de ses excellents antécédents en matière de création de lieux de travail plus sains, plus sûrs et plus respectueux, et de négociation de meilleures conditions de travail et d’une rémunération plus équitable – y compris de bons salaires, avantages sociaux et pensions.

Inscrivez-vous à notre infolettre

Contact média

Shannon Devine
Département des communications de l’USW
416-938-4402 (cell)
sdevine@usw.ca

Nouvelles récentes

Workings from Parsons Inc holding a USW flag under the Northern Lights

Les travailleur.euse.s de Parsons Inc. à Faro (Yukon) se joignent aux Métallos

12 avril 2024 | Communiqué de presse

WHITEHORSE (Yukon) – Avec l’appui du Syndicat des Métallos et de la fédération du travail du Yukon, les travailleur.euse.s de Parsons Inc. du projet de réhabilitation de la mine Faro ont été autorisés par le Conseil canadien des relations industrielles à se joindre aux Métallos. Ils sont prêts à entamer le processus de négociation pour […]

Lire l’article
Cliquez pour lire l'article sur Les travailleur.euse.s de Parsons Inc. à Faro (Yukon) se joignent aux Métallos
Image for La poudre McIntyre : Une période sombre de l’industrie minière du Canada

La poudre McIntyre : Une période sombre de l’industrie minière du Canada

5 avril 2024 | Actualités

Entre 1943 et 1979, des dizaines de milliers de travailleurs canadiens, essentiellement dans les mines, mais également à d’autres sites industriels, devaient subir la «thérapie» d’inhalation de la poussière d’aluminium toxique. Il n’y avait aucun consentement éclairé. Les travailleurs étaient obligés, comme condition d’emploi, d’inhaler de la poussière d’aluminium finement moulue appelée poudre McIntyre. La […]

Lire l’article
Cliquez pour lire l'article sur La poudre McIntyre : Une période sombre de l’industrie minière du Canada