Dernières mises à jour

Travailler en français : un droit!

25 juin 2024

Mise à jour sur le District 5

Les travailleur.euse.s étranger.ère.s temporaires (TET) sont de plus en plus nombreux dans nos milieux de travail. Si certains proviennent de pays où le français est déjà parlé et/ou enseigné, comme ceux du
Maghreb, pour d’autres la langue française est un déf immense.

Or, parler la langue commune, ce n’est pas un luxe pour travailler. C’est un enjeu important de santé et sécurité. C’est nécessaire pour bien accomplir le travail et communiquer entre collègues. À plus long terme, c’est aussi une nécessité pour s’installer au Québec de façon permanente : tous les programmes d’immigration exigent une bonne connaissance du français. Le gouvernement a même annoncé qu’un certain niveau de français serait bientôt exigé au moment du renouvellement d’un permis de TET.

Or, les travailleur.euse.s étranger.ère.s temporaires sont souvent laissés à eux-mêmes pour l’apprentissage
du français. Les cours oferts dans les commissions scolaires sont souvent difcilement accessibles sans véhicule automobile, les horaires sont peu compatibles avec les heures de travail et leur contenu est malheureusement peu adapté à la réalité du langage dans nos milieux de travail. Parfois, c’est l’employeur
lui-même qui sabote les eforts de francisation en proposant du temps supplémentaire.

Tout cela doit être beaucoup plus intégré. Ça ne doit pas reposer sur les seules épaules des travailleur.euse.s étranger.ère.s temporaires de façon individuelle, alors qu’ils vivent déjà une grande précarité.

Comme syndicat, mettons de la pression sur les employeurs pour qu’ils assument leurs responsabilités et
ofrent des cours de français sur le lieu de travail, de façon rémunérée. Après tout, c’est à l’employeur de
s’assurer que le personnel qu’il embauche est pleinement apte à travailler. Et parler la langue commune fait partie de ces aptitudes essentielles au travail.

Au Québec, la Charte de la langue française garantit le droit de travailler en français et les employeurs
doivent s’en assurer. Or, ceux-ci semblent prendre un peu à la légère cette obligation au moment de recourir à l’embauche de travailleur.euse.s étranger.ère.s temporaires. Insistons pour des cours de français dans nos milieux de travail.

Et exigeons aussi des gouvernements qu’ils fassent de la francisation en entreprise une condition obligatoire pour avoir recours au Programme des travailleur.euse.s étranger.ère.s temporaires.

En toute solidarité,

Dominic Lemieux
Le directeur du District 5

Cet article est paru dans la revue Métallos@l’oeuvre, été 2024.

Inscrivez-vous à notre infolettre

Nouvelles récentes

Image for Les Métallos votent unanimement pour un mandat de grève illimitée

Les Métallos votent unanimement pour un mandat de grève illimitée

22 juillet 2024 | Communiqué de presse

SOREL-TRACY / SAINT-IGNACE-DE-LOYOLA – Les 70 travailleurs du traversier de Sorel/Saint-Ignace-de-Loyola, membres de la section locale 9599 du Syndicat des Métallos, se sont dotés d’un mandat élargi pour intensifier les moyens de pression. Avec un vote unanime de 100 % en faveur de la grève illimitée, le comité de négociation se présente aujourd’hui en conciliation, […]

Lire l’article
Cliquez pour lire l'article sur Les Métallos votent unanimement pour un mandat de grève illimitée
Telus Keep Telecom Jobs Canadian

Le Syndicat des Métallos lance une campagne nationale pour soutenir les travailleurs des centres d’appels canadiens

18 juillet 2024 | Communiqué de presse

BURNABY, Colombie-Britannique – La section locale du Syndicat des Métallos a lancé une campagne nationale appelant le public à soutenir les travailleur.euse.s canadien.ne.s des centres d’appel qui perdent leur emploi chez TELUS. Les membres du public sont encouragés à signer la pétition de la campagne, afin d’exhorter leurs représentant.e.s à Ottawa de défendre les travailleur.euse.s […]

Lire l’article
Cliquez pour lire l'article sur Le Syndicat des Métallos lance une campagne nationale pour soutenir les travailleurs des centres d’appels canadiens
Image for Les Métallos de la Mine Sitec à Saint-Urbain font plusieurs gains

Les Métallos de la Mine Sitec à Saint-Urbain font plusieurs gains

15 juillet 2024 | Communiqué de presse

SAINT-URBAIN – Une cinquantaine de Métallos de la Mine Sitec à Saint-Urbain, au nord de Baie-Saint-Paul, ont entériné hier, dans une proportion de 93%, leur nouvelle convention collective. Ce contrat de travail accorde des augmentations salariales totalisant en moyenne 22,5 % à 27% sur cinq ans, dont une hausse de 8 % dès la première […]

Lire l’article
Cliquez pour lire l'article sur Les Métallos de la Mine Sitec à Saint-Urbain font plusieurs gains